Carrières, Mode, Style
4 commentaires

Inspiring Girls / Dina JSR

A Piece of Glam, Dina JSR by Joe Kesrouani

Je vous racontais il y a quelques jours mon dernier voyage à Beyrouth, et je vous disais à l’occasion que la femme libanaise avait un style bien à elle et qu’elle méritait un article à part entière. Alors qui mieux qu’une styliste libanaise, et plus précisément que Dina JSR, peut confirmer mes propos ?

Si vous ne connaissez pas encore Dina JSR,  retenez bien ce nom, car il sera bientôt sur toutes les lèvres et vous rêverez toutes un jour de vous rendre à un cocktail ou une soirée, glissées dans l’une de ses créations !

Je vous en parle aujourd’hui parce que je suis littéralement tombée amoureuse des robes structurées et ultra féminines de cette jeune créatrice qui affectionne particulièrement la superposition des matières luxueuses et la rencontre inattendue entre courbes fluides et détails architecturaux.

Elle a accepté de nous parler d’elle et de son style, en toute simplicité…

Dina, pour commencer, raconte-nous un peu de ton parcours. As-tu toujours voulu être styliste ?
Dès l’âge de 11 ans, j’avais pour passion de croquer des silhouettes sur des papiers, de dessiner des robes pour mes amies et pour moi-même. Lorsque j’ai emménagé à Londres pour poursuivre mes études, j’ai été fascinée par la conception des bijoux et j’ai choisi d’étudier la joaillerie. Mais j’avais toujours le sentiment que quelque chose me manquait, et j’ai réalisé que ma passion pour le design était toujours très forte et dominante, j’ai donc décidé de suivre mon cœur et de m’inscrire dans des cours afin de réaliser mon rêve.

Quelle formation as-tu suivie ?
Après un BA [Bachelor of Arts] en joaillerie à la Central Saint Martins à Londres et un diplôme d’expertise en diamants et pierres précieuses au Gemmology Institute of America (GIA), je continuais à penser à la mode et au stylisme, même lorsque je dessinais des bijoux ou triais des papiers. Je me suis donc inscrite à l’école de stylisme ESMOD qui a une branche à Beyrouth, avant de postuler pour un stage chez Maison Rabih Kayrouz.

Quelqu’un t’a-t-il soutenu ou guidé dans ce choix ?
Mes parents étaient et sont toujours mon plus fort soutien. Et je suis très touchée de continuer à recevoir le soutien de Rabih Keyrouz.

Quels sont les meilleurs et les pires moments dans la vie d’une jeune créatrice?
Je vis les meilleurs moments pendant les 6 mois de travail que je passe sur ma collection, et que j’arrive à la voir terminée et complète, cela me procure un enthousiasme indéfinissable et une très grande satisfaction. Alors que le pire moment c’est que, en tant que jeune créatrice, j’ai beaucoup d’idées en tête à réaliser, alors j’essaie de mon mieux de les structurer afin de construire des collections cohérentes.On retrouve un style très architectural et graphique dans tes robes.

Qu’est-ce qui t’inspire lorsque tu imagines un modèle ?
Les mathématiques, les volumes et structures géométriques, les lignes, les courbes… Pour ma première collection Printemps-Eté 2012, j’ai été inspirée par l’architecture des sites historiques libanais: Byblos, Tyr, Baalbek… J’ai puisé mon inspiration de l’architecte Suisse Mario Botta pour accomplir ma deuxième collection Automne-Hiver 2012/13. Quant à la collection Printemps-Eté 2013, c’est une surprise… :)

Justement, peux-tu nous en dire plus sur ta collection Automne-Hiver 2012/2013 ?
Les robes de ma collection Automne-Hiver 2012/13 rendent hommage à l’architecture du Suisse Mario Botta qui, partant des éléments les plus simples, compose une volumétrie graphique. Des modèles simples mais qui mettent le corps en mouvement. Les couleurs, quant à elles, sont acides et douces à la fois. En bref, cette collection est celle d’une relation forte entre architecture et féminité.

J’ai dit un jour à mes lectrices que la femme libanaise a un style bien à elle. Es-tu d’accord ? Comment définis-tu ce style ?
Je suis tout à fait d’accord avec toi. La femme libanaise est une femme très distinguée, au style raffiné, toujours à la mode, ce qui te pousse toujours à innover de nouveaux modèles et à être créative.

Et, plus particulièrement, comment définis-tu la femme qui s’habille en Dina JSR ?
La femme qui porte les robes DINA JSR est pour moi une femme élégante, glamour, pleine de vie, certainement une adepte de la mode, mais qui a le courage de porter certaines robes originales.

Et toi ? Quels sont les basiques dont ta garde-robe ne pourrait pas se passer ?
Jeans, T-shirts, chapeaux, bracelets, et bagues !

Où est-ce que tu puises ton équilibre personnel ?
Les musées, l’architecture, la mer, la nature. Ce sont les endroits qui me procurent détente et tranquillité de l’esprit

Enfin, quel est le meilleur conseil qu’on ait pu te donner ?
« Suis tes instincts et n’aie jamais peur de la pression ou du stress qui peuvent t’entourer. »

Et celui que tu donnerais à une jeune personne qui souhaiterait suivre la même voie ?
Je lui conseillerais d’être organisée et de ne jamais avoir peur de faire ce qu’elle a envie de faire. Je lui dirais aussi de suivre ses instincts ils vont toujours la guider sur le bon chemin.

Vous pouvez admirer (et essayer !)(et vous offrir !!) les robes Dina JSR dans la boutique multimarque N15 (au 15, place du Marché Saint-Honoré, Paris).

Dina JSR - FW 12/13  Dina JSR - FW 12/13Dina JSR - FW 12/13

Dina JSR - FW 12/13

Dina JSR - FW 12/13

Dina JSR - FW 12/13

Photos de la collection ‘Infinite Geometry’ Automne-Hiver 2012 / 2013.

4 commentaires

Envie de rejoindre la discussion ? C'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s