Humeur
13 commentaires

Je suis Charlie

Je suis Charlie, A Piece of Glam

Voilà trois jours que j’essaie désespérément de mettre des mots sur l’odieuse tuerie perpétrée mercredi matin au siège de Charlie Hebdo, en vain. Des milliers de choses se bousculent dans ma tête, mais mon ventre est encore trop noué et mon esprit trop ébranlé pour parvenir à retranscrire mes impressions tout en évitant de tomber dans le pathos.

J’ai eu quelques réactions à chaud, puis d’autres à froid sur les réseaux sociaux. Mais elles ne suffisaient pas à calmer ma rage et ma colère envers une telle atrocité. Il me fallait autre chose. Plus. Comme m’exprimer plus longuement sur le sujet, parce que 140 caractères, c’est (trop) peu et terriblement frustrant.

Malgré une expérience en politique et une véritable passion pour les questions sociales et géopolitiques, j’ai toujours tenu à faire de mon blog un espace de légèreté, d’humeur et de second degré.

Mais aujourd’hui c’est la Liberté de la presse et ce qui constitue le fondement même de nos sociétés, c’est-à-dire la Liberté tout court que l’on a tenté de bâillonner. Et j’ai lu trop d’absurdités et de mépris sur les réseaux sociaux pour fermer les yeux et passer mon chemin. Certes, elles ne surpassaient pas le formidable élan de solidarité que cette actualité a provoqué, mais une seule réaction destinée à justifier un acte barbare est déjà de trop.

Alors, exceptionnellement, je tiens… ou plutôt je dois (car je le ressens comme un devoir) en parler ici.

Lorsque j’ai quitté Beyrouth il y a dix ans, c’était par amour, mais également pour fuir un pays où l’on était capable de décimer des intellectuels pour des idées et des prises de position non partagées.

Puis lorsque, sept ans plus tard, je suis devenue citoyenne de mon pays d’adoption, j’ai ressenti une immense et infinie fierté d’appartenir à une démocratie où l’on peut rire de tout et s’exprimer ouvertement sur des sujets graves et clivants sans risquer sa vie ou celle de ses proches.

Un endroit où je peux vivre mes choix – comme celui de partager la vie d’un homme de culture et de confession différente – sans avoir à choisir entre imposer ou sacrifier mes convictions et sans subir les carcans et la pression moralisatrice d’une société hélas parfois trop conformiste.

Un pays où mes droits sont entiers et inaliénables et où seules les lois peuvent dire si j’ai raison ou tort, et non un pouvoir divin que je n’ai pas choisi et dont j’ignore le visage.

Un pays laïc où je ne suis plus obligée de préciser mon rite et ma religion sur mes documents administratifs et d’être « fichée » selon mon héritage culturel et non mes choix personnels.

Mais hier encore, j’étais loin d’imaginer qu’à l’aube de 2015 et dans une société où une sacrée Liberté (et Liberté sacrée) a été acquise au prix du sang et de nombreuses révolutions, j’aurai à m’inquiéter de savoir si demain, je pourrai encore rire d’une œuvre satirique… Et ceux-là même qui condamnaient l’insolence irrévérencieuse de Charlie Hebdo et qui concluent aujourd’hui par un « en même temps, ils l’avaient cherché« se rendent-ils seulement compte que c’est aussi LEUR liberté de critiquer et de dénoncer une caricature que l’obscurantisme a tenté d’assassiner cette fois ?

Voilà pourquoi j’ai mal. Mal d’avoir à revivre, dix ans plus tard, le souvenir des attentats qui ont coûté la vie à Gébrane Tuéni et Samir Kassir, et qui ont failli faire taire à jamais May Chidiac.

Mais voilà aussi pourquoi je n’ai pas peur. Parce que, encore une fois, je suis en train d’assister à un moment, certes douloureux, mais décisif de l’Histoire. Sauf que, cette fois, je vis dans un pays qui m’offre la possibilité de me taire ou d’en parler. Et que cette fois, quelque chose me dit que l’élan national (et mondial) auquel nous sommes en train d’assister n’est que le début d’une belle et réelle prise de conscience.

Alors, que vous soyez Charlie ou pas, votre devoir aujourd’hui est de rester Libres ! Libres de penser par vous-même, Libres de rire de ce que vous voulez, Libres de ne pas être d’accord et d’en débattre avec vos mots, n’en déplaise à ceux qui ont tenté ce mercredi 7 janvier de vous priver de cette Liberté.

13 commentaires

    • Beaucoup de retard Polina dans ma réponse et j’en suis désolée. Je pense que j’ai eu besoin d’un long break pour prendre du recul. Le blog reprendra une activité normale très rapidement, promis ;)

  1. Ton texte est très bien écrit je trouve, c’est difficile de s’exprimer sur un tel sujet. Tout est dit.
    Du courage à toi, à tous. Soyons solidaires.
    A bientôt Manal, bisous !

  2. Un beau témoignage Manal .. .la semaine a été effectivement très rude pour la liberté mais espérons qu’il n’en sortira que plus de fraternité entre nous et l’envie de se battre pour les valeurs dont nous sommes si fiers !

  3. Qui mieux que quelqu’un comme toi qui a connu et est née dans un pays où la revendication de sa liberté d’expression était un acte de résistance peut parler de ce qui s’est passé pendant ces 3 jours dramatiques. Merci Manal pour tes mots qui résonnent très profondément en moi. Espérons que le fabuleux élan national et mondial ne va pas s’éteindre avec le quotidien individualiste et se diviser lorsque la politique aura repris le dessus. Ne laissons aucune place à l’obscurantisme. Mon coeur est lourd car quand je vois certaines réactions cela fait peur… Elisa

  4. Tres beau Manal, meme si l’on s’est exprimees dofferemment, je ne puis que tirer mon chapeau devant ton texte. Tout est dit.

  5. Tu parles très bien je trouve…si si…surtout que ce n’est pas facile de le faire sur des sujets comme celui-ci.

  6. Retournée comme une carpette, la Mamzette. Moi, je n’avais pas les mots, et tu viens de me les offrir. Merci.

    • C’est difficile de se livrer sur des questions aussi sérieuses. Merci d’avoir pris le temps de passer par ici Nathalie et belle fin de semaine à toi !
      Bises,

Envie de rejoindre la discussion ? C'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s